Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Des astuces pour faire bouger un enfant qui n'aime pas le sport

Actualités santé

Des astuces pour faire bouger un enfant qui n'aime pas le sport

[ Publié le 18 octobre 2011 ]

Votre enfant n’aime pas faire de sport ? Pour éviter qu’il se braque si vous lui imposez une activité physique contre son gré, apprenez à ruser. L’idée : le faire bouger sans qu’il s’en doute, ou en l’intéressant à des disciplines auxquelles il n’aurait pas forcément pensé.

ado-sport_priorite_sante_mutualiste

"No sport", comme Winston Churchill, ou football sur canapé : votre enfant est réfractaire à toute velléité d’exercice physique ? Aidez-le à bouger tout de même, sans qu’il s’en doute. Pour cela, rusez : parlez d’activité, sans mentionner le mot "sport" qu’il semble tant détester, ou bien proposez-lui d’essayer des disciplines auxquelles il n’aurait jamais pensé.

De nombreuses études ont démontré que l’activité physique pratiquée au cours de l’enfance et de l’adolescence renforce le squelette. Ses bienfaits sont également bien connus sur le plan cardiovasculaire, métabolique et même en matière de santé mentale. Sans oublier son aspect de socialisation : le sport est une formidable opportunité de se faire des amis.

Sans parler de sport, incitez votre enfant à se servir de ses jambes. Au lieu de prendre le bus tous les jours, par exemple, il peut marcher ou faire du vélo pour se rendre à l’école, au collège ou au lycée, et remplacer l’ascenseur par les escaliers. Si vous avez un chien, demandez à votre enfant de le promener soir, avec ou sans vous. Vous pouvez aussi lui lancer un défi, du style : "Cap ou pas cap de courir dix kilomètres ou de parcourir trente kilomètres à vélo, dans deux mois ?" S’il relève le défi, vous pourrez préparer cet objectif ensemble.

Si votre enfant ne veut pas entendre parler de sport, c’est aussi parce qu’on a tendance à réduire le nombre visible de disciplines au triptyque football-tennis-rugby, quand ce n’est pas le judo ou le handball. D’autres activités pourraient mieux convenir : tentez d’intéresser votre enfant à des disciplines plus originales, comme le skateboard ou l’escalade. Qu’il soit solitaire ou sociable, il existe forcément une activité à laquelle il accrochera plus qu’à d’autres.

"Quand j’avais dix ans, le sport, ça me gonflait ! Je préférais regarder la télé ou jouer aux jeux vidéo, peinard dans ma chambre", raconte Kevin, 17 ans. "Un jour, ma mère devait emmener ma sœur à une compétition de danse et personne ne pouvait me garder. J’y suis allé avec elle, en traînant les pieds. Et j’ai découvert le boogie ! Ce jour-là, un ami de ma sœur m’a appris le pas de base. La semaine suivante, je me suis inscrit au club le plus proche de chez moi. Depuis, je n’ai plus arrêté de danser ! Non seulement j'adore ça mais en plus, en général, les danseuses sont super mignonnes..."

Source : Santé Canada, octobre 2011 – interview de Kévin D., 18 octobre 2011
(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Foot, gym… Vous en avez assez d'être essoufflé ?

Faites-vous aider par un médecin tabacologue : ça marche !

En savoir plus

ECHANGER