Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Contre les infections nosocomiales, l'hôpital de Rambouillet mise sur le cuivre

Actualités santé

Contre les infections nosocomiales, l'hôpital de Rambouillet mise sur le cuivre

[ Publié le 11 octobre 2011 ]

L’hôpital de Rambouillet va tester les premiers services "tout-cuivre" dans l’optique de lutter contre les maladies nosocomiales et la prolifération des bactéries multirésistantes. Une étude a également été lancée pour mesurer l’efficacité de ce dispositif.

cuivre-infections-nosocomiales_priorite_sante_mutualiste

C’est une première en France. Contre les maladies nosocomiales – celles qui sont contractées à l’hôpital – et la prolifération des bactéries multirésistantes, le centre hospitalier de Rambouillet (Yvelines) mise sur le "tout-cuivre". Poignées de portes, barres de lits, mains courantes, robinets, plateaux roulants : tout ce qui peut être converti au cuivre le sera. Cette solution sera-t-elle efficace ?

L'inauguration des nouveaux équipements a eu lieu le 7 octobre. Le passage au tout-cuivre en chiffre représente 120 mètres de mains courantes en tube de cuivre, 110 interrupteurs et prises de courant, 31 robinets, plusieurs distributeurs de savon et les huit lits du service de réanimation. Pour justifier ce choix, certes onéreux, le directeur d’établissement Jean-Pierre Richard se réfère "à quinze ans d'études scientifiques démontrant les qualités antibactériennes du cuivre". Il précise aussi qu’il a opté pour "une politique volontariste de prévention des risques par l'utilisation de matériaux innovants, qui n'auront aucun impact sur la manière de travailler du personnel soignant".

Rambouillet, tête de pont d’une expérimentation-pilote
L'installation de ces équipements constitue aussi le point de départ d'une expérimentation pilote en France. Une étude conduite par le Dr Patrick Pina, chef du service d’hygiène du centre hospitalier de Rambouillet, est lancée concomitamment à ces changements. Elle doit déterminer si l'efficacité antibactérienne du cuivre se traduit, sur le plan clinique, par une diminution des maladies contractées à l'hôpital.

"Le protocole d'évaluation que nous avons développé va nous permettre de déterminer si le cuivre peut jouer un rôle central dans la prévention des infections à l'hôpital", précise le Dr Pina. "Nous espérons que les résultats seront aussi prometteurs que ceux des travaux menés aux Etats-Unis." Il fait référence, en particulier, à une étude conduite dans trois hôpitaux américains et publiée en mai 2011. Elle a montré que le fait de disposer de dispositifs en cuivre diminuait de 40% l'incidence des infections nosocomiales dans les services concernés.

Il faudra toutefois patienter plusieurs mois avant d'obtenir les premiers résultats probants de l'expérimentation rambolitaine. Sans compter qu’il faudra également mener des analyses de l’effet de l’exposition au cuivre sur la santé des malades et des personnels.

Source : centre hospitalier de Rambouillet, 7 octobre 2011
(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés