Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Colères enfantines : gardez votre calme

Actualités santé

Colères enfantines : gardez votre calme

[ Publié le 12 octobre 2011 ]

Contrarié, effrayé ou coléreux, votre enfant cesse soudain de respirer lors d’une crise de larmes et de hurlements ? Gardez votre calme : même s’il est spectaculaire, ce "spasme du sanglot" est tout à fait bénin.

pleurs-enfant_priorite_sante_mutualiste

Parfois, les colères des enfants sont, littéralement, spectaculaires. La maison résonne de cris, de hurlements et de lamentations. Si votre enfant s’énerve au point d’en arriver à cesser de respirer pendant quelques secondes, rassurez-vous : il s’agit très probablement du "spasme du sanglot". Lors d’une grosse crise de colère ou de rage, à l’occasion d’une douleur vive ou bien encore d’une forte contrariété, l’enfant peut développer progressivement des troubles de la respiration. Il perd alors son souffle, demeurant bouche ouverte sans émettre le moindre son.

Christine Laouénan, journaliste santé, précise dans son livre La santé de mon enfant que les spasmes du sanglot "sont plus fréquents chez les anémiques ou les enfants turbulents, coléreux, voire hyperactifs". Si impressionnant soit-il, ce phénomène est sans gravité à court ou à long terme. Dès qu’il vient à manquer d’oxygène, l’enfant reprend naturellement sa respiration. Ces crises, très fréquentes chez les petits, disparaissent vers l’âge de 6 ans.

Si le spasme du sanglot est bénin, le principal risque est, en réalité, éducatif. Si votre enfant se rend compte que vous êtes paniqué dès qu’il fait une colère au point d’en cesser momentanément de respirer, il apprendra vite à en profiter et fera des caprices pour exiger ce qu’il veut. "Vous risquez alors de le surprotéger et de ne pas faire preuve d’autorité, par crainte qu’il ne pique sa crise, lui permettant ainsi d’exercer sa tyrannie en toute impunité", avertit Christine Laouénan.

Toutefois, si ce type d’épisode se reproduit à intervalles rapprochés, n’hésitez pas à en parler au pédiatre ou à votre médecin traitant.

Source : Christine Laouénan, La Santé de mon enfant – 1-3 ans, ed. Pascal/Mutualité Française
(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Besoin de parler à quelqu'un ?

Angoisse, mal-être, déprime : parlez-en avec un bénévole formé par des psychologues.

 

En savoir plus