Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Avec la pollution automobile, faire du vélo en ville encrasse les poumons

Actualités santé

Avec la pollution automobile, faire du vélo en ville encrasse les poumons

[ Publié le 3 octobre 2011 ]

Se déplacer à vélo en ville, c'est bon pour les jambes et le coeur mais moins pour les poumons. Selon une étude britannique, les poumons des cyclistes seraient davantage touchés par la pollution automobile que ceux des piétons.

polution-velo-environnement_priorite_sante_mutualiste

A bicyclette, les poumons ne sont pas à la fête. Une étude menée par le Dr Jonathan Grigg, de la London School of Medicine, en Angleterre, a montré que les cyclistes avaient les poumons plus encrassés que les piétons. Le Dr Grigg a pris la roue de cinq volontaires se rendant chaque jour, à vélo, sur leur lieu de travail dans le centre de Londres. Son groupe témoin a été constitué de cinq piétons. Tous les volontaires étaient âgés de 18 à 40 ans, non-fumeurs et en bonne santé, et tous se sont astreints à des prélèvements de crachats.

Les analyses microbiologiques de ces crachats ont montré que "les échantillons provenant de cyclistes présentaient entre deux et trois fois plus de noir de carbone que ceux des piétons", souligne le Dr Grigg. Autrefois appelé "noir de fumée", le noir de carbone renferme les particules fines et les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) résultant de la combustion des hydrocarbures. Or, ces polluants sont bien connus pour les effets dévastateurs qu'ils exercent sur l'ensemble de la sphère cardio-respiratoire.

Le Dr Chinedu Nwokoro, qui a également participé à l'étude, suggère que "les cyclistes respirent peut-être plus profondément que les piétons et à un rythme plus élevé. Bien souvent, ils sont aussi plus près des échappements, ce qui peut faciliter la pénétration du noir de carbone au plus profond de leurs poumons". A ses yeux, cette étude illustre surtout "l'importance de mettre en place des voies dédiées aux cyclistes" à l'image de ce qui se pratique notamment dans les pays d'Europe du Nord, Danemark et Pays-Bas en tête.

Bien sûr, étant donné le faible nombre de participants observés, cette étude reste très préliminaire. D'autres travaux sont au programme, ne serait-ce que pour déterminer les raisons d'une telle différence.

Source : envoyé spécial de Destination santé © au congrès de l'European Respiratory Society, Amsterdam, 24-28 septembre 2011
(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

ECHANGER