Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Accouchement : déclencher le travail devrait être médicalement justifié

Actualités santé

Accouchement : déclencher le travail devrait être médicalement justifié

[ Publié le 27 octobre 2011 ]

A la demande de la mère ou du médecin accoucheur, parfois pour convenances personnelles, certains accouchements sont déclenchés artificiellement sans motivation médicale. Une étude brésilienne s’interroge sur le bien-fondé de cette pratique non dénuée de risques pour la mère.

accouchement-medecins

"Nous devons être plus prudents sur les déclenchements du travail non justifiés, car l’augmentation du risque d’effets indésirables n’est pas compensée par des avantages clairs." Cet avis provient du Dr José Cecatti, gynécologue-obstétricien à Campinas (Etat de Sao Paulo, Brésil). Son équipe et lui viennent de réaliser une vaste étude sur les complications de l’accouchement, publiée dans le Bulletin de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

La question de départ était simple : chez une femme enceinte en bonne santé, est-il plus risqué de laisser faire la nature ou bien de déclencher l’accouchement ? Pour y répondre, le Dr Cecatti et son équipe se sont penchés sur l’accouchement de plus de 40.000 femmes vivant en Amérique latine. "Toutes avaient connu des grossesses à faible risque", précise-t-il.

Deux méthodes peuvent être retenues pour déclencher le travail : soit en rompant ou en décollant les membranes, soit en s’aidant de médicaments inducteurs de la contraction utérine. "Il est aussi possible de les associer", précise le Dr Cecatti. "Cette procédure peut être demandée par les mères, notamment si elle réside loin d’un hôpital. Il arrive également que cette décision soit prise pour la convenance et l’organisation personnelle du médecin."

Il est donc légitime de se poser la question de savoir s’il est opportun d’induire le travail sans motivation médicale formelle, estime-t-il. D’autant plus que les résultats de cette étude montrent une majoration des risques quand l’accouchement est provoqué. En effet, par rapport aux femmes qui ont laissé faire la nature, l’auteur a observé des différences significatives chez les femmes dont le travail avait été déclenché sans indication médicale.

Ainsi, ces femmes ont eu trois fois plus souvent besoin de recourir à une anesthésie pendant le travail et/ou à une hospitalisation en soins intensifs. Le risque de subir une césarienne serait également plus élevé. En revanche, l’étude n’a pas révélé d’augmentation du risque pour la santé des nourrissons nés après un déclenchement du travail non motivé médicalement. Le Dr Cecatti constate toutefois que leurs mères étaient moins promptes à mettre en œuvre un allaitement au sein : dans les sept jours suivant la naissance au lieu d’une heure après, laps de temps recommandé par l'OMS.

Source : Bulletin de l’OMS, Volume 89, Numéro 9, septembre 2011
(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER