Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Une enquête se penche sur l'état de santé des agriculteurs français

Actualités santé

Une enquête se penche sur l'état de santé des agriculteurs français

[ Publié le 19 septembre 2011 ]

Bilan d’étape pour l’enquête Agrican, qui porte sur 180.000 agriculteurs français suivis depuis 2005 et jusqu’en 2020. Les premiers résultats montrent que cette population a une meilleure espérance de vie que l’ensemble de la société française. En revanche, les travailleurs de la terre ont d’autres sujets d’inquiétude, liés aux contraintes de leur activité. Tour d'horizon.

agriculteur

Si la santé bucco-dentaire des agriculteurs laisse à désirer, selon une étude récente, leur état général apparaît, en revanche, bien meilleur que dans le reste de la population. C’est ce qui ressort des premiers résultats connus de l’enquête Agrican – pour "agriculture et cancer".

Lancée en 2005, cette vaste étude est appelée à se poursuivre jusqu’en 2020 auprès de 180.000 assurés agricoles, actifs ou retraités, répartis dans douze départements "représentatifs des activités agricoles de la France métropolitaine". Il s’agit du Calvados, de la Côte d’Or, du Doubs, de la Gironde, de l’Isère, de la Loire-Atlantique, de la Manche, du Bas-Rhin, du Haut-Rhin, de la Somme, du Tarn et de la Vendée.

Une meilleure espérance de vie
Toutes causes de décès confondues – à savoir cancers, maladies cardiovasculaires, maladies respiratoires ou digestives, accidents –, les premiers résultats d’Agrican établissent que les agriculteurs suivis "ont une plus grande espérance de vie que la population générale du même âge dans le même département". Ainsi, "ces hommes et ces femmes ont respectivement moins de risques de décéder d’une maladie respiratoire (-34% pour les hommes et -36% pour les femmes), d’une maladie d’Alzheimer ou de Parkinson (-31% et -36%), ou encore d’un infarctus du myocarde ou d’un AVC (-29% et -23%)".

La mortalité par cancers serait également moins élevée que dans la population générale, aussi bien chez les hommes (-27%) que chez les femmes (-19%). Les chiffres sont particulièrement évocateurs pour les cancers liés au tabagisme. Ainsi pour le larynx, la trachée, les bronches et les poumons, la mortalité est inférieure de 50% chez les agriculteurs, et de 40% chez les agricultrices, par rapport au reste de la population. Chez ces dernières, le risque de mourir d’un cancer du col de l’utérus est également réduit 28%.

Quelques bémols
Ces résultats s’expliqueraient, en bonne partie, par un avantage en termes d’hygiène de vie. Il est vraisemblable que les exploitants agricoles aient un meilleur niveau d’activité physique que le reste de la population française. De plus, il est avéré que 76% des femmes et 42% des hommes inclus dans cette étude n’ont jamais fumé de leur vie.

Cette enquête montre toutefois quelques bémols : en l’observant dans le détail, il semble que la population agricole connaisse une légère surmortalité associée aux mélanomes malins (+1% chez les hommes et +6% chez les femmes). Ce constat s’explique, en partie, par le fait que les travailleurs agricoles - exploitants et salariés – exercent leur activité en plein air

Par ailleurs, les femmes seraient davantage sujettes aux cancers de l’œsophage (+ 8%), de l’estomac (+ 5%) et du sang (+ 2%) que l’ensemble de la population féminine. De plus, si l’espérance de vie des femmes en milieu agricole est plus élevée, elles connaissent également un taux de suicide plus important (+30%). Tout n’est pas rose dans le pré.

Source : enquête Agrican, résultats préliminaires, 19 septembre 2011
(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER