Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Transfusion sanguine : une équipe française réalise une percée majeure

Actualités santé

Transfusion sanguine : une équipe française réalise une percée majeure

[ Publié le 2 septembre 2011 ]

Produire des globules rouges à partir de cellules souches adultes, c’est désormais possible ! Une équipe parisienne a trouvé le moyen de transfuser des cellules sanguines ayant quasiment la même durée de vie et le taux de survie que les globules rouges fabriqués naturellement. Les explications du Pr. Luc Douay, de l'université Pierre et Marie Curie (UPMC).

C’est une première mondiale. Des chercheurs français de l’Institut national pour la santé et la recherche médicale (Inserm) et de l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) sont parvenus à injecter à un patient des globules rouges créés à partir de ses propres cellules souches. Cette performance donne à espérer qu’à terme, les personnes ayant besoin d’une transfusion sanguine puissent devenir leurs propres donneuses.

Dirigée par le Pr. Luc Douay, de l'université Pierre et Marie Curie (UPMC) à Paris, cette étude s'est déroulée en deux temps. Les scientifiques ont d’abord produit des milliards de globules rouges à partir de cellules souches adultes provenant de dons destinés aux greffes de moelle osseuse. Ils ont utilisé des facteurs de croissance spécifiques "qui régulent la prolifération et la maturation de ces cellules en globules rouges", explique le Pr. Douay.

Une survie similaire à celle des cellules naturelles

L’énorme pas en avant est intervenu lors du deuxième temps, quand l'équipe française a réinjecté des globules rouges cultivés à partir des cellules souches d'un patient. "Au bout de cinq jours, le taux de survie de ces globules rouges dans la circulation sanguine était compris entre 94 et 100%", indique le Pr. Douay. "Et au bout de vingt-six jours, entre 41 et 63%. Des résultats extrêmement positifs puisque ce taux est comparable à la demi-vie moyenne de vingt-huit jours des globules rouges natifs normaux."

 

L’équipe a donc réussi à montrer que "la durée de vie et le taux de survie des cellules cultivées sont similaires à ceux des globules rouges 'classiques', ce qui étaye leur validité en tant que source possible de transfusion." Une première : jusqu’alors, toutes les tentatives du même genre s’étaient soldées par des échecs.

 

'C’est une percée majeure pour la médecine transfusionnelle", s’enthousiasme le Pr. Douay. "Nous avons cruellement besoin de nouvelles sources de produits sanguins pouvant être transfusés, pour faire face à la pénurie de donneurs de sang et pour réduire le risque d'infection lié aux virus émergents, associé à la transfusion classique."

 

Vers une production à grande échelle ?

Le prochain défi des chercheurs : une production de globules rouges à grande échelle. Pour ce faire, ils envisagent l'utilisation de cellules de sang de cordon, qui ont l'avantage de se reproduire beaucoup plus vite que les cellules souches adultes. Une autre histoire : "Cela nécessite des progrès technologiques supplémentaires dans le domaine de l'ingénierie cellulaire", commente le Pr. Douay. "Nous sommes pourtant convaincus que les globules rouges cultivés pourraient constituer une réserve illimitée de cellules sanguines et une alternative aux produits de transfusion classiques."

 

Chaque année en France, près d'un million de malades sont traités grâce aux produits sanguins : 500.000 sont transfusés et 500.000 soignés grâce aux médicaments dérivés du sang. Au vu du vieillissement de la de la population, le nombre de transfusions sanguines devrait s'accroître dans les années à venir. En attendant une production de sang artificiel à grande échelle, si vous le pouvez, donnez le vôtre…

 

Source : Inserm, 1er septembre 2011 – revue Blood – EFS, site consulté le 2 septembre 2011

(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

ECHANGER