Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Ongle incarné : pour éviter la chirurgie, soyez vigilants

Actualités santé

Ongle incarné : pour éviter la chirurgie, soyez vigilants

[ Publié le 8 septembre 2011 ]

L’ongle d’un de vos orteils repousse sous la peau et vous fait mal ? Il est incarné. Une intervention chirurgicale peut s’avérer nécessaire. Pour éviter d’avoir à en arriver là, suivez les conseils de Michel Campillo, pédicure-podologue à Saint-Sébastien-sur-Loire et vice-président de l’Association nationale des podologues du sport.

pieds

Un choc ou des traumatismes répétés sur les orteils, un ongle mal coupé, une courbure naturelle trop accentuée : il arrive parfois que l’ongle d’un doigt de pied – celui du gros orteil dans 80% des cas – fasse sa repousse sous la peau, dans les chairs. C’est ce qu’on appelle un ongle incarné. "Il naît d’un conflit entre l’ongle et les chairs", explique Michel Campillo, pédicure-podologue dans la Loire et vice-président de l’Association nationale des podologues du sport.

Ce phénomène est très douloureux. L’ongle incarné se traduit par une douleur vive au niveau de l’orteil, aggravée à la moindre pression, accompagnée d’une rougeur et d’un gonflement autour de l’ongle. S’il n’est pas traité à temps, une infection peut se développer. Dans ce cas, une opération chirurgicale devient nécessaire.

Des origines diverses
L’incarnation peut avoir plusieurs causes. "Une hyper-courbure naturelle de l’ongle augmente la pression dans les bords latéraux de l’ongle, qu’on appelle sillons", indique Michel Campillo. Même chose pour les ongles fins et abrasifs que l’on peut observer chez des enfants, des adolescents et certaines personnes âgées. Dans ce cas, la prévention est difficile car c’est la nature même de l’ongle qui pose problème.

Par ailleurs, "il est essentiel de surveiller de très près les diabétiques, dont la peau est fragilisée" et qui sont particulièrement vulnérables aux infections, souligne-t-il. Dans ce cas, le patient s’expose à des conséquences bien plus graves qu’un sujet en bonne santé.

Dans les causes acquises, certains troubles de la statique peuvent provoquer un ongle incarné. "Si votre pied s’affaisse en dedans, dans le cas d’un valgus calcanéen ou d’un hallux valgus par exemple, la pression qui s’exerce sur la partie intérieure du pied se répercute sur le premier orteil", détaille Michel Campillo. Mieux vaut alors "éviter de porter des chaussures trop serrées ou trop pointues".

Autre origine possible : un choc violent ou des traumatismes répétés. "C’est le cas des joggeurs, dont les pieds sont exposés à des microtraumatismes répétés", précise-t-il. Abîmé, l’ongle a tendance à repousser dans les chairs. Un choc violent peut, quant à lui, "entraîner la chute complète de l’ongle : sa repousse se fait alors sous la lunule, dans la chair".

Prévention et traitement
Veillez à bien couper vos ongles : "Une mauvaise taille est une cause importante d’incarnation", indique Michel Campillo. "Pour vous en prémunir, il suffit de raccourcir le bout de l’ongle tout droit, sans entamer les côtés. Ce serait une bonne idée d’enseigner cette technique aux petits, comme on leur apprend à se brosser les dents."

Si vous êtes victime d’un ongle incarné, consultez rapidement votre médecin traitant, qui vous enverra probablement voir un podologue. Pour le traiter, "nous pouvons insérer des mèches en résine entre l’ongle et le sillon pour le soulever, soulager la pression et diriger la repousse hors de la chair", explique Michel Campillo. "Il existe aussi des agrafes ou des crochets en acier ou en résine collées en trois points sur l’ongle, au milieu et sur les bords. Cette technique permet de soulever les bords de l’ongle. Si aucune de ces solutions n’est efficace ou en cas de récidive, nous nous tournons vers l’intervention chirurgicale. La plus courante consiste à ouvrir la matrice et à gratter pour enlever les cellules programmées pour devenir de l’ongle."

Source : Ameli, 20 juillet 2011 – Interview de Michel Campillo, podologue à Saint-Sébastien-sur-Loire et vice-président de l’Association nationale des podologues du sport, 31 août 2011
(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER