Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Médicaments pour maigrir à base d'orlistat : gare aux atteintes hépatiques

Actualités santé

Médicaments pour maigrir à base d'orlistat : gare aux atteintes hépatiques

[ Publié le 26 septembre 2011 ]

Alli®, c’est fini ? Ce médicament et son "grand frère" Xenical®, utilisés dans la prise en charge du surpoids, sont soupçonnés de provoquer des atteintes hépatiques rares mais graves. L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) lance une mise en garde et l’Agence européenne du médicament (EMA) réévalue l’orlistat, qui est la molécule composant ces produits.

medicaments-pilule

L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) lance une mise en garde contre un risque d’atteintes hépatiques rares mais graves, lié à la prise d’orlistat. En France, cette molécule est présente dans les spécialités Alli® et Xenical®.

Xenical® est commercialisé en France depuis 1998. Il n’est vendu que sur prescription médicale. Ses indications concernent les patients obèses, c’est-à-dire ceux dont l’indice de masse corporelle (IMC) est supérieur à 30. Il peut aussi être prescrit avec un IMC supérieur à 28 lorsque ce dernier est associé à d’autres facteurs de risque, comme un diabète. Cette forme pharmaceutique contient 120 mg d’orlistat par unité de prise.

Alli® est disponible en pharmacie depuis mai 2009, sans prescription. Il est proposé dans la prise en charge du surpoids avec un IMC supérieur à 28, associé à un régime modérément hypocalorique et pauvre en graisses. Il est dosé à 60 mg par unité de prise.

Réévaluation européenne en cours
"Plusieurs cas graves d’atteintes hépatiques ont été rapportés chez des personnes traitées par orlistat, ayant conduit dans certains cas à une transplantation hépatique, voire au décès du patient", indique l’Afssaps. Si le lien de cause à effet "reste difficile à établir, il ne peut être exclu". Une étude de la Food and Drug Administration (FDA) américaine avait pourtant mis ce risque en évidence en mai 2010.

L’Agence européenne du médicament (EMA) a récemment conduit une évaluation des effets indésirables de cette molécule et a décidé de réévaluer le rapport bénéfice/risque des deux spécialités. Dans l’attente des résultats, l’Afssaps recommande aux médecins comme aux pharmaciens d’informer les consommateurs sur la possibilité de survenue d’une atteinte hépatique. Quant aux patients, ils doivent immédiatement signaler à leur médecin traitant tout symptôme pouvant évoquer ce type de trouble : fatigue importante, jaunissement de la peau et des yeux, maux de ventre, sensibilité du foie.

L’Afssaps en profite pour rappeler que la recherche d’une perte de poids "n’est ni anodine, ni sans conséquence pour la santé. Elle doit entrer dans le cadre d’une démarche globale, individualisée et s’inscrire sur le long terme sous le contrôle d’un médecin". Votre médecin traitant peut, le cas échéant, vous orienter vers un nutritionniste ou une diététicienne.

Source : Afssaps, 23 septembre 2011
(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Mal au ventre ? Gorge qui picote ? Nez qui coule ?

Comment se soigner en toute sécurité ?

En savoir plus