Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Hypnotiques, anxiolytiques : gare à l'addiction

Actualités santé

Hypnotiques, anxiolytiques : gare à l'addiction

[ Publié le 19 septembre 2011 ]

Il est de notoriété publique que de nombreux Français forcent leur consommation de médicaments. Notamment de benzodiazépines, ces molécules entrant dans la composition de produits prescrits contre l’anxiété ou pour trouver le sommeil. Une étude auvergnate attire à nouveau l’attention sur ce mésusage et ses dangers.

medocs-3

Chaque année, près de 12 millions de Français consomment des benzodiazépines (BZD), une famille de médicaments qui regroupe les hypnotiques et les anxiolytiques. Une nouvelle étude, réalisée en Auvergne, illustre d’inquiétantes dérives en matière de prescription et de consommation de ces médicaments. Elle souligne aussi leurs dangers.

Cette enquête a été menée par une équipe du centre d’addictologie de l’hôpital universitaire de Clermont-Ferrand, auprès de patients prenant au moins une BZD depuis plus de trois mois. C’est-à-dire au-delà de la durée recommandée : "de huit à douze semaines" pour les anxiolytiques et "de deux à trois semaines" pour les hypnotiques, souligne l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) dans un document dédié aux BZD. L’objectif de cette étude : "Mieux connaître les patients traités par benzodiazépines au-delà des douze semaines recommandées, d’évaluer leur niveau de dépendance et de comprendre leurs besoins", expliquent les auteurs.

Au total, 175 patients ont participé à ce travail et sept personnes sur dix étaient des femmes. Les résultats ont confirmé, en particulier, le caractère addictif de ces médicaments. Dans le détail, entre 40 et 64% des malades présentaient "un usage problématique des benzodiazépines" et près des deux tiers (63%) déclaraient avoir déjà tenté au moins une fois de se sevrer. Par ailleurs, 36% avaient déjà expérimenté un syndrome de manque – caractérisé, notamment, par une certaine irritabilité –, 37% faisaient état de troubles de la mémoire et 27% souffraient de troubles du sommeil. Enfin, 30% affirmaient vouloir bénéficier d'une aide professionnelle pour modifier leur consommation.

Dix ans d'avertissements sanitaires
Les BZD ne sont pas des médicaments récents : cela fait plus de cinquante ans qu’elles sont commercialisées, en France et ailleurs. Pourtant, la question de leur sécurité d’emploi est un véritable serpent de mer. En raison, notamment, des troubles graves que cette consommation peut entraîner, cette famille moléculaire "fait, depuis de nombreuses années, l’objet d’une attention particulière des autorités sanitaires françaises", déclare l’Afssaps depuis 2001.

En dix ans, la tendance ne s’est pas inversée. Au contraire : à l’échelle nationale, "les durées de prescription dépassent les recommandations dans 35% des cas", soulignent les chercheurs auvergnats. Plus de 4,2 millions de Français seraient concernés par ce mésusage et par ce qu’il faut bien appeler une véritable dépendance aux benzodiazépines.

Source : Réseau des Centres hospitaliers universitaire (CHU), 13 septembre 2011
(Destination santé ©)

Mot-clef : Médicament

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Mal au ventre ? Gorge qui picote ? Nez qui coule ?

Comment se soigner en toute sécurité ?

En savoir plus