Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Chiens guides d'aveugles : le travail méconnu des associations

Actualités santé

Chiens guides d'aveugles : le travail méconnu des associations

[ Publié le 16 septembre 2011 ]

Le 25 septembre, les antennes de la Fédération française des Associations de chiens guides d’aveugles (FFAC) organisent une journée portes ouvertes. En avant-première, à Angers, l'agence de presse Destination Santé a rencontré des acteurs de ce monde méconnu. Reportage.

chiens-guide

Mardi 13 septembre, en début d’après-midi. Dans les locaux de l’Association des chiens guides d’aveugles de l’Ouest, à Angers, des verres, des boissons et quelques biscuits trônent sur les tables. En effet, cet après-midi, les bénévoles fêtent l’adoption officielle d’Epoque, un jeune labrador noir et plein de vie, par Paul, déficient visuel toulousain au caractère bien trempé.

Pour retrouver Epoque, Paul a parcouru 600 kilomètres en train. Au retour, ils seront deux. Mais avant de retrouver sa ville, Paul passera une semaine sur place, dans un appartement fourni par l’école de formation de l'association, pour "tester le quotidien de façon encadrée". Ensuite, un éducateur descendra dans la Ville rose pour suivre l’adaptation de l’un à l’autre "à domicile".

C’est Véronique, au nom de la famille d’accueil qui a formé Epoque pendant plusieurs mois, qui refait les présentations. En effet, Paul et Epoque s’étaient déjà rencontrés : cette journée ne fait qu’officialiser leur relation. Entre l’homme et le chien, le courant passe immédiatement, à la grande joie de Véronique. "J’en suis déjà à mon sixième chien accueilli", confie-t-elle. "En devenant famille d’accueil, j’ai accepté de n’être qu’une transition entre le chien et son futur maître. C’est même un honneur." Pour autant, cela n’empêche pas les sentiments : lorsque son précédent pensionnaire s’est vu refuser le statut de chien guide d’aveugles pour "trop grande sensibilité", Véronique s’est empressée de l’adopter.

Un aveugle sur cent est aidé d’un chien
Les familles d’accueil pour chiens guides ne sont certes pas légion, mais ces chiens eux-mêmes sont peu nombreux. "Seul un aveugle sur cent dispose d’un chien pour le guider", précise Christine Turc, membre de l’association angevine. Pourquoi si peu ? "La réponse n’est pas univoque. La gratuité du service, tout d’abord, est mal connue. L’appréhension de la personne déficiente visuelle entre aussi en jeu. Elles se demandent souvent si elles sauraient s’occuper d’un chien, voire pourquoi elles ‘mériteraient’ un tel service."

Avant de boire une coupe à la santé du nouveau "couple", Véronique, Christine et d’autres membres de l’association suivent Paul et Epoque sur un parcours d’entraînement. Histoire de constater comment ils se débrouillent sur le terrain. Epoque, harnais fixé sur le dos et un brin excité, fait son possible pour répondre aux attentes de son maître. Avec, à la clé, une petite friandise bien méritée. Bien entendu, Paul aussi a suivi une formation : il ne s’agit pas de tout mettre entre les pattes du chien. Tous deux poursuivront leur apprentissage ensemble, une semaine sur Angers puis ensemble à Toulouse. En attendant, si les ordres et les gestes sont encore hésitants, la complicité, elle, est déjà flagrante.

Journées portes ouvertes
Le 25 septembre, les antennes de la Fédération française des Associations de chiens guides d’aveugles (FFAC) organisent une journée portes ouvertes. L’occasion de rencontrer des déficients visuels et des familles d’accueil pour chiens guides, mais aussi de prendre conscience de ce qu’est le quotidien d’un aveugle.

Pour en savoir plus et connaître les dix écoles ouvertes au grand public le 25 septembre, consultez le site www.chiensguides.fr.

Source : reportage de Destination Santé© auprès de l’Association des chiens guides d’aveugles de l’Ouest, Angers, le 13 septembre 2011
(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

ECHANGER