Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Campagne anti-tuberculose en Ile-de-France : les explications de Claude Evin

Actualités santé

Campagne anti-tuberculose en Ile-de-France : les explications de Claude Evin

[ Publié le 23 septembre 2011 ]

La campagne de dépistage de la tuberculose qui va débuter le 28 septembre à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) est d’une ampleur inédite. Claude Evin, directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS) Ile-de-France et ancien ministre de la Santé, revient sur ce dispositif.

oms-7

"La tuberculose n’est pas de retour ! Elle n’avait jamais disparu", souligne Claude Evin, directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS) Ile-de-France et ancien ministre de la Santé. Elle reste connue comme une maladie liée à la pauvreté et à la promiscuité. Cet été, c'est justement dans le quartier défavorisé du Chêne-Pointu, à Clichy-sous-Bois (93), que les autorités sanitaires ont recensé 22 cas déclarés de tuberculose pulmonaire. Si Claude Evin écarte le terme de "flambée" et indique que "la situation est relativement maîtrisée", il admet qu’il soit "très rare que l’on trouve une telle focalisation sur un territoire aussi restreint".

C'est pourquoi cette campagne de dépistage, "la plus importante jamais conduite en France", a été décidée. Elle sera gratuite et basée sur le volontariat. L’enjeu pour les autorités sanitaires régionales sera donc d’atteindre et de motiver les populations-cibles. Elles se caractérisent par leur hétérogénéité, ce qui ne facilite pas la tâche. Environ 5.000 habitants du Chêne-Pointu ont reçu, ou vont recevoir, un courrier de sensibilisation. "Cela représente 1.500 familles", précise Claude Evin. C’est aussi la quasi-totalité des habitants de ce quartier.

"J’appelle toutes les personnes concernées à répondre à cette invitation", répète Claude Evin. "C’est une question de responsabilité. L’objectif est d’éviter la propagation de l’infection et de traiter les personnes qui pourraient être porteuses du bacille tuberculeux." En plus des 22 cas de tuberculose avérée, trente habitants étaient des porteurs sains du bacille.

"Pas de lien" avec la levée d’obligation vaccinale
Les derniers chiffres disponibles sur la tuberculose en Ile-de-France datent de 2007. Sur les 2.067 cas déclarés cette année-là, 34% étaient nés en France, 6% dans un autre pays de l’Union européenne, 27% dans un pays d’Afrique subsaharienne, 13% dans un pays d’Afrique du Nord et 12% en Asie. Pour les 4% restants, le lieu de naissance n’était pas précisé.

Depuis juillet 2007, la vaccination par le BCG n’est plus systématique en France mais elle reste fortement recommandée. Notamment chez les enfants considérés comme "à risque élevé", par exemple ceux qui résident en Ile-de-France ou en Guyane. Y a-t-il un lien de cause à effet entre la levée de l’obligation vaccinale et une recrudescence de la tuberculose en France ? Claude Evin balaie la question d’un revers de main : "Nous avons un taux de vaccination élevé en Ile-de-France, et notamment en Seine-Saint-Denis, où la protection maternelle et infantile joue un rôle important", assure-t-il. "Malheureusement, le fait d’avoir un fort taux de vaccination ne règle pas tous les problèmes."

Le Dr Daniel Levy-Bruhl, spécialiste en santé publique à l’Institut national de veille sanitaire (InVS), abonde dans le même sens. "En Ile-de-France, les trois-quarts des enfants sont vaccinés par le BCG. C’est plutôt mieux qu’ailleurs. La baisse du taux de vaccination observée en France, n’est pas liée à la levée de l’obligation vaccinale. En revanche, d’après des études que nous avons réalisées sur le sujet, elle est associée à la disparition, en janvier 2006, des tests cutanés par multi-poncture, plus simples à réaliser par les médecins."

La tuberculose est provoquée par le bacille Mycobacterium tuberculosis (M. tuberculosis). Très contagieuse, elle se transmet par la propagation de gouttelettes de sécrétions bronchiques lors de la prise de parole, d’accès de toux ou d’éternuements. Elle peut être asymptomatique mais, quand elle se déclare, elle touche généralement les poumons. Le traitement, par antibiotiques, est long - environ six mois - mais efficace s'il est pris à temps et bien suivi.

Source : interview de Claude Evin, 22 septembre 2001 – Interview du Dr Daniel Levy-Bruhl, 22 septembre 2011 – Programme régional de lutte contre la tuberculose 2008-2011, Ile-de-France – BEH, 17 juin 2011, n°22.
(Destination santé ©)

Mots-clefs : Tuberculose , Vaccin

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER