Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Les cicatrices, mémoire des agressions de la peau

Actualités santé

Les cicatrices, mémoire des agressions de la peau

[ Publié le 17 août 2011 ]

Après une brûlure, une blessure ou un acte de chirurgie, votre peau conserve toujours des traces, même si elles sont parfois invisibles à l'oeil nu. C'est ce que l'on appelle des cicatrices. En la matière, nous ne sommes pas égaux. Revue de détail avec la Dre Isabelle Gallay, dermatologue à Dijon (Côte d'Or).

cicatrices

Blessure, brûlure, chirurgie… Lorsqu'elle a été abîmée, la peau se reconstitue spontanément mais garde une trace indélébile de ce traumatisme. C'est la cicatrice. Or, nous ne sommes pas égaux devant la cicatrisation. Son bon déroulement dépend à la fois du phototype, de l'âge, de la génétique, ou encore de l'ethnie. Voire, des parties du corps concernées.

Des traces de divers types
On distingue plusieurs types de cicatrices. Les cicatrices atrophiques se caractérisent par un manque de derme. La peau, en se reconstituant, forme alors une sorte de creux.

Les cicatrices hypertrophiques, quant à elles, se forment sur un derme trop épais. "On constate alors un relief sur la peau à l'endroit où se trouvait la plaie", explique la Dre Isabelle Gallay, dermatologue à Dijon. Ces marques sont parfois pathologiques. Elles sont alors appelées chéloïdes et "peuvent proliférer longtemps et s'étendre en prenant une forme d'araignée. Cela s'observe souvent sur les zones osseuses, comme la clavicule ou les omoplates".

Les cicatrices hyperpigmentées sont plus foncées que la peau du reste du corps. A l’inverse, les cicatrices dépigmentées sont plus claires.

Un mécanisme en plusieurs phases
"La peau, aidée par le système immunitaire, passe par plusieurs phases pour se reconstruire", détaille la Dre Gallay. "Elle commence par éliminer de la plaie les débris et les bactéries qui peuvent y être restés. C’est la phase de détersion. L'application de détergents et d'antiseptiques permet d'accélérer ce mécanisme." Vient ensuite la phase de réparation proprement dite. "Cette reconstitution n'est jamais ‘ad integrum', c'est-à-dire qu'elle ne retrouve jamais vraiment son état initial", indique la dermatologue.

Aider la nature
De façon générale, il est conseillé de toujours bien désinfecter une plaie et de la recouvrir d'un pansement après une blessure ou une intervention chirurgicale. Dans ce dernier cas, les professionnels sont parfaitement entraînés. Après quoi, "votre dermatologue vous guidera pour la désinfection et la protection afin d'obtenir la meilleure cicatrisation possible", indique la Dre Gallay.

Pour en améliorer l'aspect, il pourra vous suggérer de comprimer la plaie : un micropore appliqué pendant deux mois peut suffire à éviter une cicatrice hypertrophique. Par ailleurs, certains lasers dermatologiques permettent également d'améliorer l'aspect des cicatrices, même anciennes.

Enfin, dans tous les cas, les cicatrices doivent être particulièrement protégées des rayons du soleil. "Comme le tissu est jeune à cet endroit, une exposition aux UV est encore plus néfaste que sur le reste du corps", explicite la Dre Gallay. Prévoyez donc, sur les zones de cicatrices, un bâton d'écran total.

Source : Interview du Dr Isabelle Gallay, dermatologue à Dijon, 20 juillet 2011
(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER