Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Les antipyrétiques, mode d'emploi

Actualités santé

Les antipyrétiques, mode d'emploi

[ Publié le 22 août 2011 ]

Du grec puretos, qui signifie fièvre, un antipyrétique est un médicament qui fait baisser une température corporelle trop élevée. L’objectif : la réguler pour éviter des complications neurologiques ou une déshydratation.

fievre-enfant-02

La fièvre est une réaction naturelle de notre organisme. Elle permet de lutter contre les infections. Au-delà d’une température corporelle de 38,5°C, les médecins recommandent qu’elle soit prise en charge. Pour cela, on recourt généralement aux antipyrétiques. Ce terme provient du grec ancien πυρετός (puretos), qui signifie fièvre.

Les antipyrétiques interviennent sur les centres nerveux qui gèrent la température corporelle, comme l’hypothalamus. S’ils permettent de lutter contre l’élévation de la température, ces médicaments n’agissent pas spécifiquement sur sa cause. C’est pourquoi l’association antipyrétique et anti-inflammatoire est souvent recherchée et proposée. Dans le cas d'une infection bactérienne, des antibiotiques seront également prescrits par votre médecin traitant si nécessaire.

Précautions d’emploi
Plus que jamais, il est essentiel de respecter les doses prescrites par le médecin ou indiquées sur la notice des médicaments vendus sans ordonnance. En effet, le surdosage en antipyrétiques, comme le paracétamol, ou en antipyrétiques associés aux anti-inflammatoires, comme l'ibuprofène, peut avoir de graves conséquences.

Un surdosage en paracétamol s’entend à partir de 10g de paracétamol en une seule prise chez l'adulte et de 150 mg/kg de poids corporel en une seule prise chez l'enfant. Il peut attaquer votre foie jusqu’à le détruire, entraînant la mort. Si vous êtes pris de douleurs abdominales, de nausées, de vomissements, d’anorexie, après avoir pris beaucoup de paracétamol sur un court laps de temps, consultez rapidement votre médecin traitant ou appelez les secours au 112.

Par ailleurs, la prise d'anti-inflammatoires dits "non stéroïdiens" (AINS), comme l’ibuprofène ou l'aspirine, est déconseillée aux femmes enceintes à partir du 6e mois de grossesse, même s'il ne s'agit que d'une seule prise. Ces spécialités peuvent entraîner une insuffisance cardiaque ou rénale de votre enfant.

Source : Ordre national des pharmaciens, 2011 – site de l’Afssaps, 22 août 2011
(Destination santé ©)

Mots-clefs : Fièvre , Médicament

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Mal au ventre ? Gorge qui picote ? Nez qui coule ?

Comment se soigner en toute sécurité ?

En savoir plus