Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Hépatite E : danger pour les personnes fragilisées

Actualités santé

Hépatite E : danger pour les personnes fragilisées

[ Publié le 8 août 2011 ]

L’hépatite E (VHE) est une forme souvent bénigne d’infection virale du foie. Toutefois, certaines personnes fragilisées peuvent être durement éprouvées par cette maladie. Tour d’horizon des précautions à prendre pour limiter le risque d’infection.

hygiene-main-01

Chaque année en France, des cas d'hépatite E (VHE) sont signalés. En 2009, 250 cas ont été observés, dont 70% contractés sur place. L'hépatite est un terme général désignant une inflammation du foie. L’hépatite E est une infection virale à transmission essentiellement alimentaire et zoonotique, c'est-à-dire par le contact d'animaux infectés.

La période d'incubation du VHE est de 3 à 8 semaines. Les symptômes sont typiques d’une hépatite : jaunisse (coloration jaunâtre de la peau et de la surface blanche de l’oeil, urines sombres et selles pâles), perte d'appétit, hypertrophie du foie qui est douloureux au toucher, douleurs abdominales et sensibilité à la palpation, nausées, vomissements, fièvre. Ces signes peuvent parfois être frustes, c’est à dire atténués, voire passer pratiquement inaperçus.

Généralement, on guérit spontanément du VHE. "Son taux de mortalité s'établit entre 0,5 et 4,0 %", note l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Toutefois, chaque année, une à deux personnes doivent subir une greffe de foie. Il s’agit souvent de personnes ayant un système immunitaire déprimé. Les patients sous traitement immunosuppresseur ou atteints du VIH/sida, par exemple, sont particulièrement à risque de voir un VHE évoluer vers un portage chronique du virus.

Par ailleurs, chez les femmes enceintes, et notamment dans les régions du monde où l’hygiène est insuffisante, "on observe parfois une forme soudaine et sévère d'hépatite entraînant la mort des hépatocytes, avec atrophie du foie, qui peut être suivie du décès", souligne l’OMS. "Cette forme de la maladie, connue sous le nom d'hépatite fulminante, est associée à un taux de mortalité de 20 % au cours du troisième trimestre de grossesse."

Prophylaxie : l’hygiène, une base indispensable
Pour se prémunir contre une infection à VHE, suivez ces quelques règles de prophylaxie :

- Lavez-vous les mains systématiquement, avec du savon, en sortant des toilettes et avant de préparer les repas ou de manger. Faites de même après tout contact avec des animaux ou des produits d'origine animale.

- Ne consommez pas d'eau non traitée, comme celle extraite d'un puits ou provenant de rivières ou de torrents. Privilégiez l'eau du robinet, si elle est potable et sans risque. Sinon, optez pour des eaux minérales dont vous décapsulerez vous-même le bouchon.

- Cuisez à coeur toutes les viandes que vous consommez. La viande ne doit plus présenter de zones rosées. Respectez les consignes de cuisson et de consommation indiquées sur l'étiquette de chaque produit.

- Si vous êtes immunodéprimé, ou enceinte, ne consommez pas, même cuits, les produits les plus à risque. Il s'agit des aliments à base de foie cru de porc – comme les saucisses de foie fraiches ou sèches, le foie sec, les figatelli et les quenelles de foie – et des produits à base de sanglier ou de cerf. La fressure (coeur, foie, rate et poumons du gibier) est particulièrement dangereuse, d'autant plus qu'elle est souvent consommée presque crue par les amateurs.

- Enfin, si vous êtes en contact avec des bêtes vivantes, ou des carcasses d'animaux, dans le cadre de votre activité professionnelle ou de loisirs, respectez toujours les règles d'hygiène et de comportement apprises lors de votre formation. En cas de symptômes évoquant une hépatite, consultez votre médecin traitant en lui indiquant vos activités à risque.

Source : Ministère du travail, de l'emploi et de la santé, 3 août 2011 – OMS, site consulté le 17 août 2011
(Destination santé ©)

Mot-clef : Foie

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER