Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Amaigrissement : alerte sur le mauvais usage d'un médicament contre l'épilepsie

Actualités santé

Amaigrissement : alerte sur le mauvais usage d'un médicament contre l'épilepsie

[ Publié le 30 août 2011 ]

Après le Mediator®, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) interpelle les professionnels de santé – et leurs patients – sur les dangers de l’utilisation d’un autre médicament hors de son indication. L’Epitomax®, utilisé contre l’épilepsie ou la migraine, serait souvent détourné pour servir de coupe-faim. Ses effets secondaires sont pourtant redoutables.

pharmacie-main

Le désir de perdre du poids conduit parfois à prendre des risques inconsidérés. En détournant des médicaments de leur indication initiale, par exemple. C’est ce qui est arrivé avec le Mediator®. Depuis, les autorités sanitaires traquent les mésusages du même genre.

Sur la sellette : l’Epitomax®, un traitement antimigraineux et antiépileptique produit par le laboratoire Janssen-Cilag. Dans un communiqué publié le 26 août, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a lancé une alerte sur les dangers de l’Epitomax®. "Indiqué comme antiépileptique chez l'adulte et l'enfant et, par extension, comme antimigraineux chez l'adulte uniquement", ce produit est présenté, sur certains forums, comme un coupe-faim efficace.

En effet, l’anorexie est l’un des principaux effets secondaires de ce traitement, par ailleurs très efficace dans ses indications classiques. Ce symptôme n’a pas échappé à certains praticiens, poussés à répondre favorablement aux demandes pressantes de patients prêts à tout pour perdre leurs kilos.

Effets indésirables majorés en cas de mésusage
Or, le détournement d’usage de ce produit est dangereux, avertit l’Afssaps : "Les autres effets indésirables liés à ce médicament sont bien connus, nombreux, et, pour beaucoup, de fréquence élevée." Parmi eux, des risques d’atteintes "au niveau rénal, oculaire ou métabolique", mais aussi des signes neurologiques comme des troubles cognitifs.

De plus, l’Epitomax diminuerait l'efficacité de la pilule contraceptive et, lors d'une grossesse, exposerait le fœtus à des malformations "car il traverse la barrière placentaire". Ces effets, qui peuvent survenir chez tout patient sous Epitomax®, sont "majorés chez ceux pour lesquels cette molécule n'est pas indiquée comme antiépileptique ou comme antimigraineux".

Entre 80 000 et 90 000 boîtes écoulées chaque mois
L’Epitomax est vendu depuis 1996. D’abord réservé aux personnes épileptiques, il a ensuite vu son indication s’élargir dans le traitement de la migraine. "Avant une nouvelle utilisation, toute molécule fait l'objet d'une évaluation complète des aspects liés à la qualité, l'efficacité et la sécurité d'emploi", rappelle l’Afssaps.

En alertant officiellement les professionnels de santé et leurs patients, l’Afssaps souhaite donc éviter une nouvelle affaire Mediator®. En effet, elle a récemment produit une étude montrant que, sur 5 millions de consommateurs de Mediator®, 4 millions l’auraient pris dans l’espoir de maigrir. Toutefois, les ventes d’Epitomax® "sont stables depuis trois ans", avec 80.000 à 90.000 boîtes vendues par mois, précise l’Agence. Ce qui semble écarter un mésusage massif.

Reste que l'utilisation hors-indication de certains traitements dans un but amaigrissant révèle une demande importante du public dans ce domaine. Or, "la démarche de perdre du poids n'est ni anodine, ni sans conséquences pour la santé", insiste l’Afssaps. "Elle doit faire l'objet d'une prise en charge individualisée et s'inscrire sur le long terme, sous le contrôle d'un médecin." Parlez-en donc avec votre médecin traitant.

Source : Afssaps, 26 août 2011
(Destination santé ©)

Mot-clef : Médicament

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Mal au ventre ? Gorge qui picote ? Nez qui coule ?

Comment se soigner en toute sécurité ?

En savoir plus