Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Rougeole : le ministère de la Santé veut tordre le cou à sept idées reçues

Actualités santé

Rougeole : le ministère de la Santé veut tordre le cou à sept idées reçues

[ Publié le 18 juillet 2011 ]

Face à la forte recrudescence des cas de rougeole en France depuis 2008, le ministère de la Santé monte une nouvelle fois au créneau pour tordre le cou aux idées reçues. Ces rumeurs tenaces et largement infondées expliquent en partie l’insuffisance de la couverture vaccinale en France contre cette maladie.

"La rougeole n'est pas grave", ou "c’est une maladie qui ne touche que les enfants" : autant de rumeurs, aussi insistantes qu’inexactes, qui expliquent l'insuffisance de la couverture vaccinale en France contre cette maladie. Depuis 2008, la rougeole est en recrudescence en France et en Europe.

Entre le 1er janvier 2008 et le 20 mai 2011, l'Institut de veille sanitaire (InVS) a recensé plus de 17.000 cas de rougeole en France. En 2010, 8 complications neurologiques et 287 pneumopathies graves ont été rapportées, et 2 personnes sont décédées. En 2011, l'InVS a fait état de 12 complications neurologiques, 360 pneumopathies graves et 6 décès.

Face à l'ampleur du phénomène, le ministère de la Santé a publié sur son site un document qui reprend les sept principales idées reçues sur la rougeole pour en démontrer l’inanité.

"La rougeole a presque disparu dans le monde et en France."
FAUX. Chaque année dans le monde, la rougeole atteint plus de 30 millions d'enfants et cause en moyenne 875.000 décès. En France, une épidémie sévit depuis 2008, avec une nette intensification depuis la fin 2010. Cette situation s'explique par la trop faible couverture vaccinale des nourrissons d'une part et l'insuffisance du rattrapage vaccinal des personnes nées depuis 1980 d’autre part, à qui la vaccination est recommandée.

"La rougeole n'est pas une maladie grave."
FAUX. Si elle est souvent non compliquée, elle entraîne une fatigue générale qui peut favoriser d’autres infections dans les mois qui suivent. Néanmoins, chez les nourrissons et les adultes, les complications sont fréquentes. Certaines, comme la pneumonie ou l’encéphalite – qui peut provoquer un handicap mental irréversible –, sont graves, voire mortelles. Au 19 avril 2011, treize cas de complications neurologiques ont été rapportés en France.

"La rougeole est une maladie infantile, elle ne touche pas les adultes."
FAUX. Ce n'est pas qu'une maladie infantile. On observe d’ailleurs un décalage de l’âge de la rougeole aux dépens des adolescents et des jeunes adultes. Ainsi, la moitié des cas déclarés en 2010 concernait des personnes de plus de 15 ans. Elles sont aussi plus touchées par les complications : la proportion des hospitalisations a été de 45% chez les 20-29 ans.

"La rougeole est une maladie qui se transmet difficilement."
FAUX. Il s’agit au contraire de l’une des maladies virales les plus contagieuses. Un patient peut infecter entre 15 et 20 autres personnes. A titre de comparaison, une personne grippée est susceptible d'en contaminer une à trois autres. La transmission du virus se fait essentiellement par voie aérienne.

"Il n'existe pas de vaccin efficace contre la rougeole."
FAUX. Il existe un vaccin bien toléré, efficace et accessible, qui protège à la fois contre la rougeole, la rubéole et les oreillons. Il doit être administré à raison de deux doses. Il s’agit du seul moyen de se protéger efficacement : aucun traitement curatif n’existe contre la rougeole. Il est pris en charge à 100 % jusqu'à l'âge de 17 ans et à 65% au-delà.

"Le vaccin est dangereux."
FAUX. Les effets indésirables du vaccin trivalent (rougeole-oreillons-rubéole) sont connus. Les plus courants : une fièvre et une éruption cutanée bénigne qui peut ressembler à la rougeole et débute entre cinq et douze jours après la vaccination. Les réactions plus sévères sont extrêmement rares, et négligeables si on les compare aux complications induites par la rougeole elle-même.

"J'ai déjà reçu une dose de vaccin, ça suffit."
FAUX. Si, en théorie, une dose suffit, certaines personnes ne fabriquent des anticorps qu’après une seconde dose. Il est donc nécessaire d’en recevoir deux. Et bien entendu, il ne faut pas vacciner que les enfants. Les personnes nées depuis 1980 doivent vérifier leur statut vaccinal et, le cas échéant, consulter leur médecin traitant pour un rattrapage. Avant 1980, ce vaccin était obligatoire. Les personnes de plus de 31 ans sont donc censées être protégées.

Source : Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé, 6 juillet 2011
(Destination santé)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

Blogs Experts

vignette-blog-expert2

Lire les blogs

Maladies-Examens

vignette-dossiers-info-sante

Consultez les dossiers

CHOISIR

Les professionnels du 3935 vous répondent

vignette-3935

En savoir plus

ECHANGER

Rencontres santé

vignette-rencontres-sante

Participez