Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > L'exploration respiratoire fonctionnelle, un examen de l'état de vos poumons

Actualités santé

L'exploration respiratoire fonctionnelle, un examen de l'état de vos poumons

[ Publié le 22 juillet 2011 ]

L'exploration fonctionnelle respiratoire (EFR) permet de diagnostiquer ou de surveiller des maladies respiratoires comme l'asthme. Elle peut aussi servir à prévoir certaines complications respiratoires après une opération. Guide pratique.

nouvelle_image-17

L’exploration fonctionnelle respiratoire (EFR) est un examen très fréquemment pratiqué en pneumologie. Il permet de diagnostiquer et suivre l’évolution d’une maladie pulmonaire, comme l’asthme, la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) ou la mucoviscidose, ainsi que les effets de son traitement, le cas échéant.

Elle peut aussi être pratiquée dans le cadre d’un bilan préopératoire pour certaines opérations, afin d’évaluer les risques de complications sur la fonction respiratoire.

L’EFR en pratique
Derrière ce sigle se cachent, en réalité, plusieurs types d’examen. Le plus courant est la spirométrie. Elle consiste à faire respirer le patient par un embout à usage unique placé dans sa bouche. Cet embout est relié à un appareil appelé spiromètre. Le nez du patient est bouché par une pince. Le médecin lui demande de respirer successivement normalement, en inspirant et en expirant le plus fortement possible.

Cet examen ne dure que quelques minutes. Les résultats sont enregistrés sous forme de données chiffrées, traitées par un ordinateur. Ces mesures permettent de tracer un graphique que l’on appelle courbe débit-volume. La courbe est ensuite analysée par rapport à celle d’une personne de référence - même sexe, même taille, même âge - ayant une capacité respiratoire normale.

Plus précise, la pléthysmographie permet de mesurer les variations de la courbe débit-volume d’un patient, mais aussi d’évaluer la résistance des bronches au passage de l’air. Le patient est placé dans une pièce fermée et soumis à des modifications de pression tandis que sa capacité respiratoire est examinée.

Le médecin peut aussi demander des épreuves d’effort spécifiques, comme un test de marche de 3, 6 ou 12 minutes, avec mesure de la distance parcourue.

La mesure de la concentration de certains gaz dans le sang (oxygène, CO2 et azote), dite gaz du sang, se fait par un prélèvement de sang dans une artère au niveau du poignet. Cet examen se pratique essentiellement en urgence : il permet d’évaluer la gravité d’une affection respiratoire en constatant la diminution de la concentration en oxygène dans le sang, ou l’augmentation du taux de CO2.

Précautions
Il n'existe aucun risque dans la pratique d'une EFR. Il n'est pas non plus nécessaire d'être à jeun. Toutefois, au cours des 4 heures qui précèdent l'examen, il est recommandé d'éviter de fumer ou de recourir à des médicaments comme les bronchodilatateurs, qui pourraient fausser les résultats.

Source : Fédération Française de Pneumologie - Centre Chirurgical Marie Lannelongue, Paris, le 25 janvier 2011
(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER