Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Paupière qui tombe : seul traitement, l'opération chirurgicale

Actualités santé

Paupière qui tombe : seul traitement, l'opération chirurgicale

[ Publié le 23 juin 2011 ]

Le ptosis est un affaissement pathologique de la paupière supérieure. Dans certains cas, la paupière peut aller jusqu'à recouvrir la pupille de l’oeil. Le point sur cette maladie et son traitement avec le Dr Olivier Galatoire, ophtalmologiste à la Fondation Rothschild à Paris.

yeux-2

Ptosis, ptôse palpébrale ou encore blépharoptôse. Ces termes barbares désignent la chute involontaire de la paupière supérieure sur l’oeil. Elle est causée par une faiblesse du muscle releveur de la paupière supérieure, ou bien par un problème sur ses connexions nerveuses.

Le ptosis  peut concerner un seul oeil ou les deux, et être plus ou moins sévère. En effet, si la paupière tombe au point d’obstruer la pupille, la fonction visuelle est altérée. Si la gêne fonctionnelle est réelle, il est indispensable d'intervenir, en particulier si la paupière recouvre la pupille, entraînant un rétrécissement du champ de vision. Le poids de la paupière peut aussi modifier la courbure de l'oeil et entraîner des troubles optiques comme l'astygmatisme.

Plusieurs mécanismes peuvent provoquer un ptosis : une atteinte d'origine nerveuse ou musculaire, une atteinte tendineuse souvent liée à l’âge, ou bien une cause mécanique, un traumatisme par exemple. Les ptosis myogènes correspondent à une anomalie ou une malformation du muscle lui-même. Dans 75% des cas, ils sont présents dès la naissance.

Dans le cas des ptosis causés par l’usure du tendon, dits aponévrotiques, "la partie de la paupière supérieure se détend. Le patient ne parvient donc plus à ouvrir l'œil", explique le Dr Olivier Galatoire, ophtalmologiste à la Fondation Rothschild à Paris. Ce sont les plus répandus parmi les personnes âgées. Les médecins appellent cette pathologie "ptosis sénile", ou chute de la paupière liée à l'âge. Elle est impossible à prévenir.

Dans le cas des ptosis d’origine nerveuse, la commande nerveuse du muscle de la paupière fonctionne mal, voire pas du tout. Il peut s'agir d'une anomalie de la transmission neuromusculaire. Certains de ces ptosis neurologiques peuvent être un signe d'alerte de pathologies graves, comme un anévrisme. La chute brutale de la paupière constitue alors un symptôme qui doit la faire considérer comme une urgence médicale.

Le ptosis neurotoxique est causé par certains venins d'animaux. Très rare, il constitue également une urgence médicale, dans la mesure où il précède souvent l'apparition d'une insuffisance respiratoire.

"Le traitement du ptosis repose sur la chirurgie", expose le Dr Galatoire. Le chirurgien peut "soit raccourcir le muscle releveur s'il s'est distendu, soit suspendre la paupière au muscle du front en cas d'insuffisance de la commande nerveuse".

Source : Interview du Dr Olivier Galatoire, ophtalmologiste à la Fondation Rothschild à Paris, 10 juin 2011 - site de la Société française d'ophtalmologie, consulté le 24 juin 2011
(Destination santé)

Mot-clef : Oeil

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER