Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Les ondes des téléphones portables : "possiblement cancérigènes"

Actualités santé

Les ondes des téléphones portables : "possiblement cancérigènes"

[ Publié le 1 juin 2011 ]

Depuis plusieurs années, le débat fait rage autour des effets sur la santé des champs électromagnétiques émis par les téléphones mobiles. Dernier rebondissement : le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à Lyon a classé ces champs comme "possiblement cancérigènes."

femme-portable

Haro sur les téléphones portables ? Après des années de polémique, le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à Lyon a classé officiellement les champs électromagnétiques émis par ces téléphones comme "pouvant être cancérigènes chez l'homme."

Selon cette agence spécialisée, les gliomes constituent le risque principal de cancer potentiellement provoqué par ces ondes. Il s’agit des tumeurs cérébrales les plus fréquentes, qui restent tout de même rares puisqu’elles touchent 5 Français sur 100.000. Par ailleurs, seuls les gros utilisateurs de mobiles (plus de trente minutes par jour) seraient concernés.

Du 24 mai au 1er juin, un groupe de travail rassemblant 31 scientifiques de 14 pays s'est réuni au siège du Circ, à Lyon. Sa mission a consisté à évaluer les risques potentiellement cancérigènes liés à l'exposition aux champs électromagnétiques. Les chercheurs ont travaillé à partir de l'ensemble des études disponibles sur le sujet. Une étude a montré qu'il existait une augmentation de 40% du risque de gliome parmi les personnes utilisant ou ayant utilisé un téléphone portable à raison de trente minutes par jour, tous les jours, pendant dix ans.

Des résultats à confirmer sur le long terme
Le Dr Jonathan Samet, de l'université de Californie du Sud, a présidé ce groupe de travail. Selon lui, "les données scientifiques accumulées à ce jour permettent de conclure à la classification ‘peut-être cancérigène’ chez l'homme".

Le rayonnement électromagnétique des téléphones mobiles se retrouve ainsi dans le groupe 2B des agents "possiblement cancérigènes", avec 266 autres substances. On y trouve par exemple certains produits chimiques, le tabagisme passif, la poudre de bois, l'acrylamide des viennoiseries et les produits de tannerie.

A titre d’information, le groupe 1 rassemble 107 agents considérés comme "certainement cancérigènes". Le groupe 2A regroupe 59 agents "probablement cancérigènes". Le groupe 3 réunit 506 agents "non classifiés comme cancérigènes". Enfin, le groupe 4 est constitué d’un seul agent considéré comme "probablement non cancérigène".

Christopher Wild, directeur du Circ, estime qu'il "est important de poursuivre les travaux et d'évaluer les effets des radiofréquences sur le long terme, notamment chez les plus gros utilisateurs de téléphones portables." D’autres études sont envisagées.

Source : Circ, 31 mai 2011
(Destination santé)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR