Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Le gouvernement lance son plan canicule pour l'été 2011

Actualités santé

Le gouvernement lance son plan canicule pour l'été 2011

[ Publié le 6 juin 2011 ]

Comme chaque année depuis 2004, le 1er juin marque le déclenchement du plan national canicule, qui sera activé jusqu’au 31 août. L’été 2011 ayant commencé particulièrement tôt, les pouvoirs publics émettent des rappels pour limiter les risques sanitaires inhérents aux grosses chaleurs attendues.

chaleur

Quand la température diurne est plus élevée que la normale saisonnière et que l'amplitude thermique entre le jour et la nuit est faible durant, au moins, trois jours consécutifs, on considère qu’il s’agit d’une situation caniculaire. Quand ce phénomène dure plusieurs jours, voire plusieurs semaines, le corps a plus de mal à récupérer. Il se fatigue et supporte de moins en moins la chaleur.

Après l’épisode caniculaire de l’été 2003, qui avait causé environ 15.000 décès selon les estimations de plusieurs institutions sanitaires, le gouvernement a mis en place, depuis 2004, un plan national canicule annuel. Sa version pour l’été 2011 a été déclenchée le 1er juin par le ministère en charge de la Santé. Le niveau de "veille sanitaire" est activé jusqu’au 31 août.

Les niveaux d'alerte en pratique
La surveillance des risques sanitaires inhérents aux situations de canicule est confiée à Météo-France et à l'Institut de veille sanitaire (InVS). Le numéro vert "Canicule Info Service", au 0800.06.66.66, gratuit depuis un téléphone fixe, permet d'obtenir des conseils pratiques sur les précautions à prendre lors des vagues de chaleur.

Si la canicule est avérée, deux paliers sont prévus dans le plan : un niveau de mise en garde et d’actions (Miga), déclenché par les préfets des départements concernés, et un niveau de "mobilisation maximale", déclenché par le Premier ministre, quand la canicule est aggravée par des effets collatéraux comme une rupture d'alimentation électrique, une pénurie d'eau potable ou la saturation des établissements de santé.

S'hydrater et se rafraichir
Quelques rappels pour limiter les risques inhérents à la chaleur. La transpiration excessive peut occasionner de fortes pertes en eau : il est nécessaire de s’hydrater correctement et, pour ce faire, de boire 1,5 litre d’eau par jour.

"Mieux vaut consommer régulièrement des boissons chaudes, comme le thé ou les infusions, qui hydratent plus durablement que l’eau froide", recommande le Dr Christine Vuibert, généraliste en région parisienne. Elle met aussi en garde contre les sodas "qui ne désaltèrent que passagèrement et, en réalité, n’étanchent pas la soif, au contraire ! Le sucre qu’ils contiennent augmente cette sensation."

Inutile, toutefois, de trop boire : l’eau en excès dilue le sodium contenu dans le sang et conduit à son élimination du corps, ce qui perturbe l’activité du cerveau et peut provoquer des convulsions, notamment chez les bébés et les personnes âgées. Par ailleurs, des reins abîmés ou fatigués, ou encore immatures pour les jeunes enfants, peuvent avoir du mal à éliminer l’eau, causant dans le corps une accumulation de liquide potentiellement dangereuse.

Par ailleurs, pour permettre à l'organisme de se maintenir à une température proche de 37°C, n'hésitez pas à passer des heures dans un endroit frais, à utiliser des ventilateurs, à vous mouiller régulièrement le corps avec des linges humides, ou encore à prendre des douches. Enfin, évitez de sortir au soleil pendant les pics de chaleur, entre 12h et 16h.

Source : ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé, 31 mai 2011 – interview du Dr Christine Vuibert, médecin généraliste en région parisienne.
(Destination Santé)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

ECHANGER