Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Diabète : de l'épidémie à la pandémie

Actualités santé

Diabète : de l'épidémie à la pandémie

[ Publié le 28 juin 2011 ]

Une étude internationale confirme ce qu’annonçait l’Organisation mondiale de la santé (OMS) il y a quelques années : le diabète de type 2 est désormais endémique, avec 350 millions de malades dans le monde. Il s’agit de la première pandémie due à une maladie non infectieuse dans l’histoire de l’humanité.

diabete-5

En 2009, sur la base des données de 2008, les spécialistes avaient estimé à 285 millions le nombre de diabétiques à l'échelle globale. Or, selon les dernières données disponibles, le monde en compterait aujourd'hui 350 millions. Une étude internationale publiée dans The Lancet réévalue ainsi, à la hausse, le nombre de personnes diabétiques dans le monde. Il s’agit donc bien, comme l’annonçait l’Organisation mondiale de la santé (OMS) il y a quelques années, d’une pandémie mondiale. La première, dans l'histoire de l'humanité, qui soit due à une pathologie non infectieuse.

Maladie typiquement liée au mode de vie, le diabète de type 2 s'est développé de manière exponentielle au cours des trois dernières décennies. En 1980, le nombre de diabétiques était estimé à 153 millions dans le monde et de 347 millions en 2008.

A elles seules, la Chine et l'Inde recensent 138 millions de diabétiques de type 2. Les Etats-Unis et la Fédération de Russie en comptent 36 millions à eux deux. Exception faite de l'Espagne, l'Europe de l'Ouest serait, pour le moment, relativement épargnée. La France, les Pays-Bas et l'Autriche présentent le nombre de cas le plus bas. Au niveau mondial, l'Afrique subsaharienne et l'Asie du Sud-est sont les moins touchées.

Une étude anglaise montre les bénéfices de l’éducation nutritionnelle
"Le diabète de type 2 constitue aujourd'hui l'une des principales causes de mortalité dans le monde", s'inquiète le Pr Majid Ezzati, de l'Imperial College à Londres. Pourtant, des interventions simples permettraient aux patients de bien contrôler leur maladie et donc d'éviter les complications qui y sont liées.

Un travail mené au Royaume-Uni auprès de 590 adultes de 30 à 80 ans a montré le bénéfice apporté par un programme d'éducation nutritionnelle. Une partie de ces patients, dont la maladie avait été diagnostiquée récemment, ont bénéficié de six heures et demie de conseils nutritionnels sur l'année. Les autres ont été livrés à eux-mêmes, avec pour seule instruction de bien suivre leur traitement. Résultat : les malades du premier groupe ont tous présenté un taux d'hémoglobine glyquée (HbA1c) satisfaisant, ce qui n'a pas été le cas des autres patients.

L'hémoglobine glyquée est un indicateur qui renseigne le médecin sur le taux moyen de glucose dans le sang sur une période de trois mois. Il a valeur de référence pour mesurer la qualité d'équilibre de la glycémie. L’OMS recommande, pour s’assurer une bonne qualité de vie malgré un diabète, de le maintenir sous 7 points. A chaque point correspond la mesure de 0,35 grammes par litre de sang. Chez les personnes non diabétiques, le taux de sucre dans le sang est compris entre 0,6 g et 1 g/litre.

Source : The Lancet, 25 juin 2011
(Destination santé)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

Blog expert

Une « épidémie silencieuse »

par Christine Ramonnet  ,  Stéphanie Renaudin

vignette-blog-sante-epidemie-juin

CHOISIR

10 moments pour prendre
soin de soi

10-moments-pour-prendre-soin-de-soi

ECHANGER