Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Cancer et radiofréquences : seuls les portables sont sur la sellette

Actualités santé

Cancer et radiofréquences : seuls les portables sont sur la sellette

[ Publié le 6 juin 2011 ]

Le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à Lyon a publié un avis estimant que les champs électromagnétiques émis par les téléphones portables peuvent être cancérigènes. Le Dr Robert Baan, chercheur dans cette organisation, fait le point sur l’ensemble de l’étude, qui concerne toutes les radiofréquences qui nous entourent.

wifi

En révélant que les champs électromagnétiques émis par les téléphones portables pouvaient être cancérigènes, le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à Lyon a fait sensation. Il y a pourtant d’autres points à retenir du rapport publié fin mai. En particulier la recherche – infructueuse pour l’instant – d’éventuels effets néfastes liés aux micro-ondes, aux émetteurs de radio et télévision, ou encore aux systèmes wifi.

Les 31 scientifiques de 14 pays qui se sont réunis au siège du Circ se sont donc intéressés à tous les spectres des radiofréquences. Et aussi, logiquement, aux personnes qui y sont exposées : professionnels travaillant au contact d’installations radar, notamment dans le domaine militaire, et personnes vivant à proximité d’installations électroniques ou électriques.

Résultat : un manque de preuves évident, selon le Dr Robert Baan, chercheur au Circ. "Les preuves d'un lien éventuel entre ces expositions et la survenue de cancers sont pour le moment insuffisantes. La présence d'autres substances chimiques, comme les solvants, rendent les conclusions difficiles."

Seuls les portables ont montré des risques
Pas plus de conclusions pour les micro-ondes et les ondes wifi, radio et télévision. Si ce n'est, selon le Dr Baan, que "les expositions dues aux antennes relais sont d'un ordre de grandeur bien inférieur à celles des téléphones mobiles. Difficilement quantifiable, cette intensité peut être de 5 à 10 fois moins importante."

En clair, l'évaluation finale, qui concernait tous les spectres des radiofréquences, ne s'est révélée probante que pour les téléphones portables, pour lesquels les données les plus importantes avaient été recueillies.

Dans l'attente de la publication d’une nouvelle monographie du Circ sur les portables, les conseils de modération qui ont été diffusés restent d'actualité. Mieux vaut privilégier l'utilisation des kits mains-libres et l'envoi de SMS plutôt que de longues conversations et éviter l'utilisation de téléphones portables par les enfants, dont la boîte crânienne et le système nerveux, encore immatures, sont plus sensibles aux rayonnements.

Source : Interview du Dr Robert Baan, 1er juin 2011
(Destination santé)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER