Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Pas de pamplemousse avec certains médicaments

Actualités santé

Pas de pamplemousse avec certains médicaments

[ Publié le 4 mai 2011 ]

Ce n'est pas nouveau mais le phénomène tend à se répandre : il est problématique, voire dangereux, de boire du jus de pamplemousse en prenant certains médicaments. L'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) attire l'attention des usagers de santé sur l’association entre ce fruit et un traitement contre l'hypertension artérielle à base d’aliskiren, commercialisé sous le nom de Rasilez®.

jus-pamplemousse

Au-delà de sa teneur en vitamine C et de son action anti-graisses, le pamplemousse possède aussi un côté obscur : il a la capacité d’inhiber ou, au contraire, de potentialiser l'effet de certains médicaments lorsqu’il est absorbé en même temps qu’eux, avec des conséquences potentiellement dangereuses pour la santé.

Le pamplemousse peut ainsi entraîner une diminution significative de la concentration de médicaments dans le sang, réduisant d’autant leur efficacité. C’est le cas avec les traitements contre le cholestérol à base de simvastatine. Il peut aussi, à l’inverse, multiplier considérablement l’absorption du médicament et provoquer des effets secondaires graves.

Dernier exemple en date pour ce cas de figure : le Rasilez®, un traitement contre l’hypertension à base d’aliskiren commercialisé par Novartis. Sur son site internet, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) attire l’attention sur un risque d’atteintes musculaires sévères si ce produit est absorbé avec du jus de pamplemousse.

L’agence  rappelle par ailleurs que "la consommation régulière de jus de pamplemousse avec des médicaments immunosuppresseurs, préconisés notamment contre les rejets de greffes, peut endommager le rein."

Si vous êtes concerné par la prise d'un de ces traitements, "évitez de boire du jus de pamplemousse dans les deux heures précédant la prise de votre traitement et limitez votre consommation à moins d'un quart de litre par jour", conclut l’Afssaps. En cas de doute, n’hésitez pas à vous référer à la notice ou à vous adresser à un professionnel de santé.

Source : Afssaps, 29 avril 2011.

(Destination santé)

Mots-clefs : Alimentation , Médicament

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Mal au ventre ? Gorge qui picote ? Nez qui coule ?

Comment se soigner en toute sécurité ?

En savoir plus

ECHANGER