Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > La cigarette électronique évincée des pharmacies

Actualités santé

La cigarette électronique évincée des pharmacies

[ Publié le 31 mai 2011 ]

Haro sur les cigarettes électroniques ! Présentées comme des aides à l’arrêt progressif du tabac, elles pourraient, en réalité, inciter les gens à fumer, alertent les experts et les autorités sanitaires. C'est pourquoi elles ne seront désormais plus vendues en pharmacie.

ecigarette

Les cigarettes électroniques sont à la conquête de la France. On en trouve jusque dans certaines pharmacies. Or, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), elles ne constituent en rien une aide au sevrage tabagique. "Il n'existe aucune étude, aucune preuve allant dans ce sens", confirme le Pr Bertrand Dautzenberg, président de l'Office français de prévention du tabagisme (OFT).

Une cigarette électronique reproduit la forme et les sensations d'une cigarette "classique". Elle comporte une batterie, un microprocesseur, un pulvérisateur et une cartouche contenant le produit destiné à être vaporisé. Il s'agit généralement d'un liquide susceptible de contenir de la nicotine et/ou des substances aromatiques : additifs alimentaires ou arômes artificiels. Lors de l'aspiration, le liquide, mélangé à l'air inspiré, est diffusé sous forme de vapeur, pour reproduire la fumée d’une vraie cigarette. Ces produits contiennent donc de la nicotine, classée par l’OMS comme une substance dangereuse.

Aucune aide au sevrage
Pour le Pr Dautzenberg, ces cigarettes constituent donc "ni plus ni moins qu'une incitation au tabagisme : les fabricants vantent leurs produits en disant ‘prenez la cigarette électronique pour fumer là où c'est interdit'. C'est clairement une incitation au tabagisme. Cela peut même être un produit d'initiation au tabagisme, avec un risque de dépendance à la nicotine." De son côté, l’Afssaps souligne que l’usage de ce produit "expose les utilisateurs qui n'étaient dépendants ni aux cigarettes, ni à la nicotine, à un risque de dépendance primaire".

La majorité des fabricants de ces cigarettes se défendent de présenter ce produit comme une aide au sevrage. "A ce jour, aucun type de cigarette électronique ne dispose d'une autorisation de mise sur le marché car aucun fabricant n'a déposé de demande en ce sens", confirme l’Afssaps. Les fabricants présentent toutefois leur produit comme un outil pour "fumer d’une manière plus saine". Selon l’argumentaire retrouvé sur plusieurs sites Internet vendant ces cigarettes, la nicotine inhalée sans combustion "pénètre dans le corps sans l’ensemble des additifs générés par la combustion d’une cigarette traditionnelle, et leurs effets néfastes".

Les pharmaciens trop peu informés
Par ailleurs, la réglementation du médicament encadre l'utilisation de produits de substitution nicotinique. Ces cigarettes, qui ne sont pas des produits de substitution, "ne peuvent être vendues en pharmacie car elles ne figurent pas sur la liste des produits dont la délivrance est autorisée", insiste l’Afssaps. C’est pourquoi la députée (UMP) des Alpes-Maritimes Muriel Marland-Militello a demandé au ministre en charge de la Santé "de faire immédiatement le nécessaire afin que ces cigarettes ne soient plus mises à la vente dans aucune pharmacie."

Message apparemment reçu au Conseil national de l'Ordre des pharmaciens (Cnop). Xavier Desmas, conseiller au Cnop représentant la section des pharmaciens titulaires d'officines, est clair : "La position du Conseil national de l'Ordre est simple. Les cigarettes électroniques ne font pas partie de la liste arrêtée par le ministre concernant les produits dont il peut être fait commerce dans les officines. Dès lors, il est anormal de trouver des cigarettes électroniques dans les pharmacies." Les pharmaciens qui proposent ces cigarettes "contreviennent aux règles du code de la Santé publique", insiste-t-il. A ce titre, "ils peuvent être poursuivis."

Il plaide toutefois la "bonne foi de professionnels insuffisamment informés" et espère que "le communiqué de l’Afssaps va leur rappeler le bon positionnement sur ce type de produit. A notre niveau, nous allons publier un article sur les cigarettes électroniques dans notre prochain bulletin".

Source : interview du Pr Bertrand Dautzenberg, 26 mai 2011 – interview de Xavier Desmas, Cnop, 31 mai 2011 – Afssaps, 30 mai 2011 – OMS, 31 mai 2011
(Destination santé)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Cigarettes trop chères ?

Arrêtez de fumer gratuitement en vous faisant aider par un médecin tabacologue !

En savoir plus

ECHANGER