Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Hépatites B et C : une Journée pour faire le point

Actualités santé

Hépatites B et C : une Journée pour faire le point

[ Publié le 26 mai 2011 ]

A l’occasion de la Journée nationale de lutte contre les hépatites B et C, le 25 mai, le gouvernement a rappelé quelques chiffres sur ces maladies. De leur côté, les associations de malades déplorent le manque de moyens, notamment sur la couverture vaccinale. Elles ont voulu profiter de cette Journée pour "faire du bruit" autour de ces maladies.

affiche-hep

En France, plus d'un demi-million de personnes sont porteuses des virus des hépatites B et C. Chaque année, on déplore 2.500 nouveaux cas d'hépatite B et entre 2.700 et 4.400 nouveaux cas d'hépatite C. Si elles ne sont pas traitées à temps, ces infections virales peuvent entraîner des complications graves, parfois mortelles : cirrhose, cancer du foie... De fait, on compte 100.000 personnes dont l'hépatite est devenue chronique, ou qui souffrent d'une autre complication, et 4.000 en meurent chaque année.

Pourtant, l’importance et la gravité de ces séquelles "demeure encore sous-évaluée", déplore Nora Berra, secrétaire d’Etat chargée de la santé, lors d’un colloque consacré au Plan national Hépatites 2009-2012 de lutte contre les hépatites B et C. Il s’est tenu le 25 mai, à l’occasion de la Journée nationale de lutte contre ces maladies. Son objectif : "Renforcer la visibilité des hépatites dans la perspective d'une mobilisation accrue de tous", explique la Direction générale de la santé. "Pour la première fois, la participation d'intervenants étrangers positionnera la France dans son environnement européen."

Des mesures contre les hépatites
Les associations profitent elles aussi de cette journée pour tirer la sonnette d’alarme auprès des pouvoirs publics et des Français. Notamment sur la vaccination. Plus de dix ans après la polémique attribuant au vaccin contre l'hépatite B la survenue d'atteintes neurologiques, "le niveau de couverture reste insuffisant", alerte l'association SOS Hépatites. "Sur les 2.500 nouvelles contaminations annuelles, plus de 2.000 seraient évitables grâce à une vaccination plus rigoureuse."

La tâche se complique d’autant plus que, selon l'association, "une personne contaminée sur deux l’ignore. Cela représente 100.000 malades pour l'hépatite B et 150.000 pour l'hépatite C."

Le Plan national Hépatites 2009-2012 peut-il changer la donne ? "Quand on connaît le montant dérisoire de 4 millions d'euros qui lui est alloué, au regard des enjeux de santé publique en cause, on ne peut que crier à l'injustice", réagit SOS Hépatites. Message entendu, apparemment : le 24 mai, Nora Berra a annoncé une augmentation de 12 millions d'euros et des mesures phares, notamment l'amélioration de l'accessibilité au dépistage.

De son côté, l'association Aides réclame la mise en place de dix mesures urgentes. "Les complications et les cancers dus aux hépatites atteignent aujourd'hui de plein fouet les personnes contaminées depuis 20 ou 25 ans", indique-t-elle. Il est urgent de déployer l'information, la prévention, le dépistage, le traitement et la prise en charge globale. Faisons plus de bruit contre les hépatites : c'est le moment ou jamais !"

 

Source : Ministère de la Santé, SOS Hépatites, Aides, mai 2011
(Destination santé)

Mot-clef : Hépatite virale

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER