Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Cosmétiques éclaircissants : attention aux enfants à naître

Actualités santé

Cosmétiques éclaircissants : attention aux enfants à naître

[ Publié le 24 mai 2011 ]

Troubles de la pigmentation et de la cicatrisation, atrophie cutanée, diabète, cancers : les cosmétiques éclaircissants font courir des risques importants aux personnes qui y ont recours. La revue Prescrire alerte aussi sur leurs effets potentiellement néfastes sur les enfants à naître.

grossesse-9

La revue Prescrire lance une nouvelle alerte contre les cosmétiques utilisés pour s'éclaircir la peau. Après les troubles de la pigmentation et de la cicatrisation, les risques cancérigènes et diabétiques, les scientifiques de cette publication indépendante évoquent d’éventuelles malformations pour les enfants à naître.

"Les cosmétiques éclaircissants contiennent souvent des substances dangereuses pour l'enfant lorsqu'il y est exposé in utero", expliquent les rédacteurs de Prescrire. En effet, certaines peuvent être à l'origine de malformations de l'embryon.

C'est notamment le cas de la trétinoïne, une molécule proche de l'isotrétinoïne, utilisée notamment dans le traitement de l'acné sévère et à risque sur le foetus. Prescrire cite plusieurs observations de malformations rapportées chez des nouveau-nés de femmes utilisant les trétinoïnes en application cutanée.

Egalement sur la sellette, les sels de mercure qui pourraient entraîner "des risques de cataracte, d'atteinte rénale et d'hypertension artérielle pulmonaire", précise l’article. Et ce n'est pas tout. De nombreuses crèmes éclaircissantes renferment aussi des dermocorticoïdes, dont les risques sont mal connus dans le cadre d'un usage cosmétique.

"Aux incertitudes concernant l'enfant à naître viennent s'ajouter des effets indésirables pour les mères : vergetures, retards de cicatrisation de césarienne, risques infectieux", soulignent les rédacteurs. Mieux vaut donc limiter l’usage de ces crèmes et, en cas de grossesse, s’en abstenir totalement. N’hésitez pas à demander conseil à votre médecin traitant.

Source : Revue Prescrire, Tome 31, n°331
(Destination santé)

Mot-clef : Grossesse

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER