Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Contraception : des mesures pour limiter le recours aux IVG

Actualités santé

Contraception : des mesures pour limiter le recours aux IVG

[ Publié le 20 mai 2011 ]

Près de 200.000 interruptions volontaires de grossesses (IVG) sont pratiquées chaque année en France. Pour réduire ce nombre, la députée UMP des Ardennes, Bérengère Poletti, a présenté des propositions de recommandations sur la contraception. Tour d’horizon.

rdv-medecin

Accès anonyme et gratuit à la contraception, développement de l’éducation à la sexualité, remboursement de tous les moyens de contraception : ce sont les principales recommandations présentées par Bérengère Poletti, ancienne sage-femme et députée UMP des Ardennes, à la Délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre hommes et femmes de l’Assemblée nationale. Son objectif :  voir diminuer le nombre d’interruptions volontaires de grossesse (IVG).

Chaque année en France, près d’une grossesse sur cinq se termine par une IVG. Près de 200.000 IVG sont ainsi pratiquées tous les ans. Dans un rapport rendu public fin 2009, l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) insistait sur l’importance de "mieux informer sur les différentes méthodes de contraception" pour mieux prévenir les IVG.

Bérengère Poletti suit exactement les recommandations de l’Igas. Elle préconise, "en concertation avec la Caisse nationale d’assurance maladie, un accès anonyme et gratuit à la contraception pour toutes les mineures." Elle demande aussi des négociations avec les laboratoires pharmaceutiques, "afin de parvenir à un accord sur le remboursement des pilules de troisième génération, des timbres contraceptifs et des anneaux vaginaux, [pour offrir] à chaque femme, et [en particulier] à chaque mineure, le moyen contraceptif le plus adapté à son corps et à ses modes de vie."

Mieux informer pour mieux prévenir
La députée n’en reste pas là. Elle veut également développer l’éducation sexuelle dans les établissements d’enseignement primaire et secondaire. Ses propositions visent à sensibiliser les plus jeunes : formation des professeurs des écoles, refonte des manuels de sciences et vie de la Terre, coordination entre les rectorats et les Agences régionales de Santé (ARS), etc.

De manière plus générale, elle recommande le lancement de nouvelles campagnes d’information. Elle propose enfin de sensibiliser les parents aux réalités actuelles de la sexualité des adolescents.

Dernier volet abordé par son rapport : la formation des professionnels de santé sur la contraception et l’éducation à la sexualité. Elle demande notamment d’encourager la formation continue des gynécologues-obstétriciens, des médecins généralistes et des sages-femmes.

Source : Recommandations sur la contraception des mineures, Bérengère Poletti, 17 mai 2011
(Destination santé)

Mots-clefs : Avortement , Contraception

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER