Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Baisse d'audition : les signes qui doivent vous alerter

Actualités santé

Baisse d'audition : les signes qui doivent vous alerter

[ Publié le 12 mai 2011 ]

Du mal à suivre une conversation dans un environnement bruyant, l’impression que ses interlocuteurs ne parlent pas assez fort ou n’articulent pas… Autant de signes qui tendent à signaler une baisse de l’audition. Les explications du Pr Jean-Luc Puel, directeur de recherche de l’équipe "oreille interne" de l'Inserm à Montpellier.

sourd

"Parle plus fort et articule, je ne comprends pas !" Si cette phrase vous monte de plus en plus souvent aux lèvres quand une personne vous parle, en particulier dans une ambiance bruyante, c’est peut-être votre audition qui est en cause. "L’un des premiers signes d’une baisse de l’audition, qu’on appelle presbyacousie, c’est une mauvaise compréhension de la parole, surtout quand plusieurs personnes parlent en même temps ou que des bruits divers s’entremêlent. L’exemple type, c’est le mélange d’une musique d’ambiance, de la télévision et d’un proche qui vous parle", explique le Pr Jean-Luc Puel, directeur de recherche de l’équipe "oreille interne" de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) à Montpellier.

La presbyacousie est un déficit auditif directement lié au vieillissement, comme la presbytie pour les yeux. Plus d’un Français sur trois en est atteint après 65 ans. Insidieuse, la presbyacousie exige une attention particulière pour être accessible au dépistage. "Les patients ne se plaignent pas de ne pas entendre mais de ne pas comprendre. Ils évoquent souvent le problème de cette façon : j’entends, mais je ne comprends pas." A condition que les patients en parlent… Trop souvent, ils se murent dans le silence, s’isolent et se refusent à prendre la mesure du problème. Ils ne consultent donc pas un médecin oto-rhino-laryngologiste (ORL) et, en conséquence, leur trouble auditif va s’aggravant.

Traiter au plus tôt
"L’oreille interne décompose les sons en différentes fréquences. C’est en quelque sorte un analyseur de fréquences, composé de cellules ciliées externes", décrypte le Pr Puel. Ces cellules ont cela de commun avec les neurones qu’elles ne se reproduisent pas. "Ce que les gens commencent à perdre, c’est la capacité de sélection des fréquences, au fur et à mesure que ces cellules sont détruites par l’âge ou par une succession de traumatismes sonores."

Les sons aigus, notamment les consonnes, sont ce qu’on perd en premier. Stéphane Deys, audioprothésiste à Paris, en donne un exemple : "Entre les mots ‘table’, ‘sable’ et ‘fable’, une personne dont l’audition baisse ou qui éprouve des difficultés dans une ambiance bruyante, n’entendra que le son ‘a’. Pour le reste, elle va dire en toute bonne foi que son interlocuteur articule mal. Elle va donc perdre en premier tout ce qui fait l’intelligibilité de la parole." Il est indispensable de consulter un médecin ORL dès les premiers signes de dégradation. "Il est essentiel de traiter le problème le plus tôt possible" pour limiter les pertes auditives et, ainsi, conserver une bonne qualité d’écoute… et de vie.

Source : Interview de Jean-Luc Puel, 7 avril 2011 – Interview de Stéphane Deys, 6 mai 2011
(Destination Santé)

Mot-clef : Trouble audition

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

Blog expert

La journée mondiale des sourds

par Christine Ramonnet  ,  Stéphanie Renaudin

img-blog-sante-quotidien-jour-mondial-sourd-sept-2014

ECHANGER