Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Elongation musculaire : "les membres inférieurs sont les plus touchés"

Actualités santé

Elongation musculaire : "les membres inférieurs sont les plus touchés"

[ Publié le 20 avril 2011 ]

Un effort un peu trop intense, un muscle étiré au-delà de sa capacité et c'est l'élongation. En moins intense, ce processus est le même que celui du claquage. Explications du Dr David Cattan, chirurgien à Paris et membre de la Société française de chirurgie orthopédique et traumatologique (Sofcot).

"La douleur aiguë qui caractérise l'élongation est due à un effort trop violent ou un faux mouvement", explique Dr David Cattan, chirurgien à Paris et membre de la Société française de chirurgie orthopédique et traumatologique (Sofcot). Le muscle va au-delà de ses limites d'élasticité et d'extensibilité.

"Les membres inférieurs sont les plus touchés. C'est par exemple le cas des muscles ischio-jambiers situés à l'arrière de la cuisse", précise-t-il. "En cyclisme, l'élongation est une blessure courante. Certains sports comme l'haltérophilie, peuvent aussi provoquer des élongations affectant les membres supérieurs."

Quelles en sont les causes ? "L'élongation peut apparaître de façon spontanée" continue le Dr Cattan. "Mais la plupart du temps, le sportif a dépassé ses capacités physiques en ayant trop forcé. Un mauvais échauffement, une déshydratation peuvent aussi être en cause."

Comment réagir ? Sur le moment, il est important de placer une poche de glace sur le muscle touché, pour limiter la taille de l'hématome. Pour éviter de brûler la peau, vous prendrez soin de la protéger en plaçant la glace au préalable dans un linge. Ensuite ? Il suffit de vous reposer, mais pas sans consulter votre médecin traitant. Lui seul pourra juger de la gravité de l'élongation, estimer le risque de rechute et choisir le traitement approprié. Ce point n'est bien sûr pas à négliger car "une élongation non traitée expose au risque de récidives", atteste le Dr Cattan.

En vous échauffant correctement et suffisamment longtemps, vous pouvez réellement diminuer le risque d'élongation. N'oubliez pas de pratiquer une série d'étirements après l'arrêt de l'activité physique. Le cumul des temps d'échauffement et d'étirement doit correspondre au moins au quart du temps de la séance. Et ce n'est pas tout. Selon David Cattan, "une bonne hydratation, le fait de ne pas commencer une activité en étant déjà fatigué ou stressé, ou tout simplement une bonne hygiène alimentaire éloigneront les risques d'élongation".

Source : Interview du Dr David Cattan, 15 avril 2011.

(Destination Santé)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés