Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Antidiabétique oral : l'Afssaps alerte sur un risque accru de cancer de la vessie

Actualités santé

Antidiabétique oral : l'Afssaps alerte sur un risque accru de cancer de la vessie

[ Publié le 20 avril 2011 ]

Dans une lettre aux médecins, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) alerte sur un risque accru de cancer de la vessie associé à la prise de pioglitazone, un antidiabétique oral. Cette molécule était déjà sous surveillance depuis 2007 en raison d'autres risques, notamment cardiaques et osseux.

L’utilisation prolongée de la pioglitazone, un antidiabétique oral prescrit pour contrôler la glycémie, pourrait être liée à un risque accru de cancer de la vessie, selon de nouvelles données de pharmacovigilance. Cette découverte "pourrait remettre en question le rapport bénéfice/risque de la pioglitazone en traitement chronique", avertit l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Elle a écrit un courrier à destination des professionnels de santé, afin de les mettre en garde contre ce risque éventuel.

Et pour en avoir le cœur net, l’Afssaps a lancé début 20111, avec l’assurance maladie, "une large étude rétrospective sur plus de 200.000 patients diabétiques traités par pioglitazone en France entre 2006 et 2009. " Ce travail "sera près de 7 fois plus important que la seule étude épidémiologique actuellement disponible", annonce-t-elle. Les premiers résultats sont attendus pour fin mai, et les données définitives en juillet.

L’Afssaps a informé l'Agence européenne du médicament (EMA) de cette "augmentation du nombre de cas français de cancers de la vessie rapportés chez les diabétiques traités par pioglitazone". L'EMA a initié une réévaluation de la relation bénéfice/risque de ce traitement à l’échelle européenne : ses conclusions sont attendues "lorsque les résultats de l'étude française seront connus".

L’Afssaps rappelle enfin que tout effet indésirable grave et/ou inattendu doit être déclaré par les professionnels de santé aux centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV).

Source : Afssaps, 19 avril 2011.

(Destination Santé)

Mot-clef : Médicament

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Mal au ventre ? Gorge qui picote ? Nez qui coule ?

Comment se soigner en toute sécurité ?

En savoir plus