Mon compte

Pas encore de compte ?  Créer un compte

Accueil > Actualités santé > Le sport pour optimiser la chimiothérapie

Actualités santé

Le sport pour optimiser la chimiothérapie

[ Publié le 23 mars 2015 ]

De récentes recherches menées sur des animaux montrent que l'activité physique rendrait plus efficace les traitements contre le cancer du sein.

sport-cancer-chimio-230315

La chimiothérapie constitue un des principaux traitements contre le cancer. Malheureusement, celle-ci est trop souvent inefficace face aux stratégies mises en œuvre par les tumeurs. Une équipe américaine a démontré l'utilité de l'activité physique pour lutter contre les cellules cancéreuses et rendre plus efficace ce traitement.

Croissance des tumeurs ralentie
Une des techniques mises en œuvre par les tumeurs pour résister à la chimiothérapie consiste à construire une toile de vaisseaux sanguins enchevêtrés empêchant l'oxygène de passer. Elle est ainsi protégée de l'assaut chimique du traitement, destiné à cibler les tissus bien oxygénés. Mark W. Dewhirst de la Duke University Medical Center et son équipe ont étudié l'impact de l'activité physique sur des souris atteintes d'un modèle humain de cancer du sein. Dans la première partie de leur étude, les chercheurs ont observé que les tumeurs des souris pratiquant une activité physique grossissaient nettement moins vite que celles des rongeurs sédentaires.

Activité et traitement
Ensuite, ils ont réparti les souris en quatre groupes. Les membres du premier étaient sédentaires et ne bénéficiaient pas de la chimiothérapie. Dans le deuxième groupe, les souris faisaient de l'exercice physique sans traitement non plus. Le troisième groupe était composé de rongeurs recevant une chimiothérapie sans pratiquer d'exercice physique. Et enfin, dans le dernier groupe, les animaux recevaient le traitement et pratiquaient un exercice physique. Le résultat a étonné les chercheurs. "Les tumeurs des souris du groupe bénéficiant à la fois de la chimiothérapie et de l'exercice physique ont grossi plus lentement que dans les trois autres groupes", ont-ils constaté. "Nous avons été réellement impressionnés par ces résultats, note Dewhirst. Ces découvertes sont très encourageantes."

Source : Duke university medical center, 16 mars 2015.

(Destination santé ©)

Avec votre code Mutuelle, accédez en plus aux blogs santé réservés

S'INFORMER

CHOISIR

logo_3935_ColDroite



Foot, gym… Vous en avez assez d'être essoufflé ?

Faites-vous aider par un médecin tabacologue : ça marche !

En savoir plus

ECHANGER